Pop it ! Les actrices, leurs réalisateurs et le processus de création  sous les feux de la rampe

Cette semaine, les relations des actrices avec leurs réalisateurs ont été questionnées, montrées, critiquées. Avec, en toile de fond, l’éternelle question : la frontière entre la direction d’acteur et la maltraitance est-elle si ténue ? Au nom de la création, tout est il permis ?

Par exemple, Quentin Tarantino a apparemment l’habitude d’étrangler ses actrices. Pour de vrai. Mais pas longtemps hein, juste assez pour qu’elles aient les yeux un peu exorbités et le regard de quelqu’un qui manque d’air. Histoire d’avoir un plan qui ressemble à quelque chose quoi. Qui ressemble à une femme vraiment étranglée, pas juste maquillée pour avoir l’air d’être étranglée. Pour la véracité de la scène, donc. Pour le bien du film.

Cette « méthode » a fait ses preuves sur Diane Kruger dans Inglorious Basterds, mais aussi sur Uma Thurma dans Kill Bill. Et, si Diane Kruger affirme qu’elle était totalement consentante et persuadée que c’était effectivement la meilleure chose à faire pour le film, Uma Thurma, à l’inverse vient de créer la polémique en dénonçant les conditions de tournage de Kill Bill : étranglée avec une chaîne par Tarantino, elle est aussi forcée de conduire une voiture en mauvais état ce qui la mène à un accident. Sa confiance envers le réalisateur aurait été durablement ébranlée, tout comme ses genoux et son cou suite au crash de la voiture. Tarantino a répondu et a fait part de ses regrets.

Tout cela rappelle évidemment un certain nombre d’anecdotes sur des tournages.
Comme William Friedkin qui tirait des vrais coup de feu pendant le tournage de l’Exorciste pour que les acteurs sursautent vraiment.

Ou comme Stanley Kubrick qui aurait poussé l’actrice de Shining Shelley Duval dans ses retranchements : elle déclare avoir été malade tout le long du tournage.

Ou Werner Herzog qui aurait acheté une arme pour impressionner Klaus Kinski et l ‘obliger à tourner certaines scènes. Il aurait aussi hypnotisé ses acteurs tout le long du tournage de Cœur de verre.

Comme l’a très bien résumé Pedro Almodovar dans une interview au Monde il y a plusieurs années : « Il y a des réalisateurs qui peuvent être très cruels avec leurs acteurs. La place d’un cinéaste est celle d’un dieu, le créateur absolu. C’est lui qui décide de ce qui est authentique ou non, vrai ou faux. C’est le miroir unique dans lequel l’acteur peut se regarder. Il y a des réalisateurs qui peuvent user de ce pouvoir de manière illégitime.(…) Les acteurs acceptent que tu pénètres avec ta main au fond de leurs entrailles et que tu en sortes les choses qui t’intéressent, et tu le fais avec leur permission. Mais c’est quand même un déchirement. Pour l’acteur, le réalisateur est le psychiatre, l’amant, le père. Et l’acteur ressent à son égard tous les sentiments que l’on ressent pour un amant, pour un père, pour une figure de pouvoir. Parce que, en définitive, le réalisateur, c’est le pouvoir. »

Cette même semaine, dans un genre différent,  une autre histoire de tournage, ou plutôt de montage, a créé la polémique. Xavier Dolan, dont des photos du dernier film avaient été publiées montrant Jessica Chastain dans le rôle d’une méchante aux cheveux roux incendiaires, a annoncé sur son compte Instagram qu’il avait finalement décidé de couper l’actrice au montage. Purement et simplement. Elle n’apparaitra plus dans le film.
Comme la participation de Jessica Chastain avait largement contribué au buzz autour du film, la nouvelle fait grand bruit.
C’est surtout la première fois qu’un réalisateur se sent obligé de justifier publiquement ses choix de montage. Et probablement la première fois qu’une star est tout simplement gommée d’un film (si on exclut Kevin Spacey, effacé du dernier film de Ridley Scott six semaines avant sa sortie, suite à des accusations de harcèlement sexuel le visant.)
Jessica Chastain n’est pas fachée en tout cas, elle l’a écrit sur Instagram. Et Xavier Dolan, lui, répond personnellement à ses détracteurs.

 

A lire aussi

Séries TV : adapter plutôt que créer ?
Plutôt que de créer de toute pièce une nouvelle série (et de prendre le risque de mettre à l’antenne un format qui n’a jamais prouvé son succès), de plus en plus de diffuseurs et de sociétés de productions font le choix de l’adaptation. C’est le cas des Bracelets rouges, diffusé sur TF1 et adapté d’une série espagnoles, de Sam, toujours TF1, remake d’une série danoise, ou encore « Scène de ménage » issu d’un format espagnol. C’est aussi ce que font massivement les américains. Le bureau des légendes serait ainsi dans les tuyaux pour une version US. Un phénomène qui permet de nourrir, à peu de frais, l’appétence du public pour les fictions, mais qui, s’il devient une habitude, risque de brider la créativité, la prise de risque, et l’intérêt des diffuseurs pour les nouveautés.

Festivals des séries, la guerre de la com’
Puisqu’on parle de séries, penchons-nous un peu sur les festivals internationaux des séries qui se préparent pour les mois d’avril et mai en France. C’est bien simple, Séries Mania (Lille, adoubé par les pouvoirs publics) est au taquet. En tout cas, en termes de communication, ça n’arrête pas, le community manager y va à fond, le service de presse aussi, et le festival occupe le terrain. Le Monde propose par exemple une interview avec Laurence  Herszberg, sa directrice générale. Elle y explique que, si, si, deux festivals peuvent coexister, même si, c’est vrai, à la fin, il n’en restera plus qu’un…

De son côté, que devient CanneSéries, son principal concurrent qui a lieu juste avant, durant le MIP TV ? CanneSéries qui avait pourtant été très offensif au départ, pour taper du poing sur la table et dire que certes, ils n’avaient pas gagné l’appel d’offre lancé par le CNC et le Ministère de la Culture, mais qu’ils allaient le faire quand même, leur festival des séries, qu’ils avaient le soutien de l’ex ministre de la culture Fleur Pellerin, et de Canal +, et qu’ils étaient déjà connus internationalement pour le festival du film de Cannes (et pour le MIP TV). Ils avaient continué sur leur lancée avec l’annonce d’une exclusivité en avant-première durant le festival : La vérité sur l’affaire Harry Québert. Et puis, pouf. CanneSéries s’est fait beaucoup plus discret ces derniers mois. Un peu comme des vases communicants ou un curseur : celui de Séries Mania est en haut, celui de CanneSéries baisse. Et inversement. Tout ça pour dire qu’on en saura plus le 13 mars, date à laquelle CanneSéries annoncera officiellement sa programmation.

Comment le cinéma français se vend à l’international ?
C’est la question que pose Challenge, qui est allé aux 20èmes rendez-vous du cinéma français, organisés par Unifrance. Réponse : les films français se vendent bien quand ils sont bons. Voilà.
Cette année, ce serait donc Au revoir là haut, Jeune femme et Jusqu’à la garde qui séduisent les acheteurs étrangers. L’an dernier, grâce notamment à Valerian et Demain tout commence, le cinéma français à l’étranger avait bondi de 98% par rapport à 2016.
Et de son côté, Unifrance a réalisé des vidéos en coulisse de ces rencontres internationales, avec plein de guests stars dedans.

Séries vs réalité
Notre monde est il dystopique ? Black Mirror est-il déjà là ?

Youtube : la meilleure école de cinéma au monde ?
Savoir pourquoi tel plan vous fait ressentir telle émotion ? Quel est le rôle du scénariste, et pourquoi il faut le prendre en compte ? Les vidéos de passionnés de cinéma sont légions sur Youtube et permettent aux cinéphiles de tous bords d’en savoir plus sur tous les aspects du 7ème art, qu’il s’agisse de technique pure ou d’analyse. Du moins en anglais…

Connaissez-vous Gneu ?
La version de Brut qui fait Gneu ? 
Et qui dit aussi plein d’autres choses.

Tout savoir sur le blockchain, la réalité augmentée, l’écoute binaurale, etc.
A la fin de son rapport sur les tendances, le Fonds des Médias du Canada propose 10 fiches pratiques sur les technologies à suivre.

Et sinon, il y a les Jeux Olympiques
Sur Snapchat Discover, tous les matins, un résumé des épreuves de la nuit par les équipes de France Télévisions

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s