The end of the f***ing world : c’est court mais c’est bon

Perdu dans la jungle du streaming compulsif ? The end of the f***ing world, c’est la série dont tout le monde parle, et c’est vrai que ce serait dommage de la louper. Percutante, intelligente drôle… et courte, elle a toutes les qualités pour être bingewatchée, sans états d’âme et sans temps de cerveau disponible. Un petit bijou.

C’est l’histoire d’un adolescent psychopathe.
Non.
C’est l’histoire d’un adolescent, James, qui est sûr de sa psychopathie. La preuve, il tue des animaux. Des papillons. Des souris. Des chiens. Des chats. Au couteau de chasse. Egorgés. Enterrés. Pas une émotion. Visage impassible. Un coup de couteau, hop, c’est fait, il enterre. Et il recommence. Evidemment, au lycée, il n’a pas d’amis. De toute façon il n’en veut pas.
Jusqu’au jour où une fille vient le voir. A la cantine. Elle s’appelle Alyssa, et sous un prétexte bidon, elle engage la conversation. Lui, évidemment, ça le laisse coi. Elle veut le voir après l’école, passer du temps avec lui ? Bien, se dit-il, comme ça je vais pouvoir passer au niveau supérieur : tuer un être humain.
Pour lui c’est l’aubaine, ça faisait un moment qu’il y pensait, et tuer son père ça lui paraissait peut-être trop évident finalement. Donc tuer une lycéenne, c’est une bonne opportunité.

Il accepte donc de la voir après l’école. Il n’a pas une conversation très évoluée, mais elle parle pour deux. Elle le trouve intéressant, intrigant. Leur trouve des points communs. Lui, se laisse porter. Essaye de faire ce qu’il faut pour paraître normal alors qu’il a des flashs d’elle couverte de sang après qu’il l’aura poignardée. Il cache son couteau de chasse sous un coussin, à portée de main, pour quand elle repassera chez lui.

Tous deux ont de quoi disjoncter. Elle est dans une famille dysfonctionnelle, avec un père absent (elle reçoit une carte de lui à chaque anniversaire), une mère qui ne s’occupe pas d’elle et un beau père qui commence à la reluquer bizarrement. Lui, sa mère s’est suicidée devant ses yeux. Et son père surcompense en jouant au type constamment enjoué et sympa. Je vais bien, tout va bien. Justement, non.

Alors quand elle lui dit « Tirons nous de ce bled pourri, maintenant », il accepte, vole la voiture de son père, et les voilà partis dans une cavale déjantée et désorganisée. Leur but ? Filer chez le père d’Alyssa. Et après, on verra. S’il s’occupe d’elle. D’eux. Si c’est mieux ailleurs. Ou moins pire. Mais rien que pour l’aventure, pour le trajet, pour le geste de tout foutre en l’air, de partir, de dire non à leur vie pourrie, de ne pas faire ce qu’on attend d’eux. Rien que pour ça, ça vaut le coup.

Evidemment, rien ne se passe comme prévu. Et la cavale tourne mal.

The end of the f***ing world, c’est une série britannique, diffusée tout d’abord sur Chanel 4 avant d’être proposée sur Netflix.
L’une de ses grandes forces, c’est de naviguer constamment entre le désespoir et le comique. Entre le noir, très sombre, et l’humour, très noir. Parce que, mine de rien, c’est drôle. Ces deux adolescents paumés sont touchants, un peu dingues, extrêmement sympathiques. Les dialogues sont percutants. La musique et le rythme de l’ensemble, aussi.

Dans un tout autre genre, cela me fait penser à la série australienne Please like me pour sa capacité à aborder des sujets graves (le suicide, le vieillissement, la découverte de l’homosexualité, la solitude…) avec humour, émotion… et une immense tendresse pour les personnages.

Enfin, last but not least, dans The end of the f***ing world, tout est plié en 8 épisodes de 20 minutes (il ne vous faudra que deux soirées, à peine, pour regarder l’intégralité de la saison). Ça donne envie d’en voir plus ?
Certes.
Et en même temps tout est dit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s