Festival international des séries : Lille gagne, Paris perd… et Cannes joue quand même.

Suite à la consultation lancée par le ministère de la culture et aux auditions des deux villes finalistes, Lille et Paris, les dés sont désormais jetés : c’est Lille, avec son projet soutenu par l’équipe de SérieSéries, qui accueillera le prochain festival international des séries. La candidature de Paris, portée par l’équipe de Séries Mania, a été retoquée. Et Cannes, écartée dès le premier tour, a déjà annoncé qu’elle organiserait un festival des séries en 2018. Vous êtes perdus ? Moi aussi.

Récapitulons.
En 2015, Fleur Pellerin, alors ministre de la culture et de la communication, confie à Laurence Herszberg, directrice générale du Forum des Images, une mission portant sur l’opportunité de créer un Festival international des séries en France, à l’image du festival de Cannes pour le film.

Je répète : Fleur Pellerin.
Fleur Pellerin a depuis annoncé qu’elle acceptait la demande de la ville de Cannes pour présider le prochain festival international des séries organisé par la ville. Cannes qui, rappelons-le, n’a pas passé le premier tour de la consultation menée par le CNC. Fleur Pellerin, donc.
Je répète : Laurence Herszberg, directrice général du forum des images. Où est organisé le festival Séries Mania. Dont l’équipe soutient le projet de Paris.

Je répète, mais c’est pour être sûr que tout le monde a les mêmes cartes en main.

Bref. Suite à la mission de 2015, un rapport est remis qui dit que, oui, c’est tout à fait opportun d’organiser un festival international des séries en France.
Du coup, en avril 2016, Audrey Azoulay, ministre de la culture et de communication (si vous avez bien suivi, ce n’est plus Fleur Pellerin), confie une mission de préfiguration du festival à Marc Tessier, président du Forum des Images. Selon la synthèse diffusée par le CNC, l’objectif est notamment « de rédiger un cahier des charges sur les pré-requis de cette manifestation qui devront être respectés par d’éventuels candidatures pour son organisation. »

Pardon, mais je vais répéter encore (c’est un article dans lequel il va y avoir pas mal de répétitions, parce que moi-même ça m’aide à suivre)…

On a donc dit que c’était Marc Tessier, président du Forum des Images (qui accueille Séries Mania, donc) qui doit rédiger un « cahier des charges sur les pré requis de la manifestation ». J’ai tendance à penser qu’on estime qu’il connaît son affaire. Qu’en gros, il est un peu spécialiste des festivals de séries. Il sait comment ça se passe, il sait ce qu’il faut ou ne faut pas mettre en place pour que tout se passe bien. Il a un peu l’habitude : Séries Mania en est actuellement à sa huitième édition.

Suite à son rapport qui dit ce que les candidats devront respecter comme pré requis, le CNC lance un appel à candidatures (là, on est en septembre 2016). Lille, Paris, Bordeaux, Cannes et Nice participent. Un jury délibère. Lille et Paris sont déclarées finalistes.

Là, déjà, ça commence à devenir marrant parce que Cannes ne se laisse pas démonter. Le maire David Lisnard déclare aux Echos : « Ce projet est un enjeu stratégique vital pour l’économie de la ville. Nous l’avons imaginé et nous le mûrissons depuis 2011. Il ne nous échappera pas. »
C’est sûr que la ville organise déjà le MIPTV, marché des programmes de la télévision auquel toute la profession se rend, ainsi que le festival de Cannes.
Qui, je le répète, est pris pour modèle. Rappelez-vous, on a dit au début qu’il fallait juger de « L’opportunité de créer un Festival international des séries en France à l’image du festival de Cannes pour le film ». Ils trouvent ça tellement réussi, le festival de Cannes, qu’ils veulent faire pareil, mais pour les séries. En tout cas, moi c’est ce que j’ai compris.
Mais passons.

Donc, le maire de Cannes dit qu’il organisera un festival en 2018. Canal + annonce qu’il sera partenaire. Reed Midem, organisateur du MIPTV, se joint aussi au projet. Et, quelques mois plus tard, Fleur Pellerin.

Je répète plus doucement.
Cannes, qui organise déjà deux festivals réputés et fréquentés par les professionnels de l’audiovisuel et du cinéma, persévère dans son projet de lancer un événement dédié aux séries.
Canal +, l’un des plus grands producteurs de séries françaises de qualité, avec son label Création Originale (et ses séries unanimement et internationalement reconnues comme Les revenants, Entourage, Versailles, The Young Pope, Borgia, etc.), devient partenaire.
Fleur Pellerin, à l’origine même de l’idée d’un festival international des séries en France, apporte son soutien à Cannes.
Ok.

Mais là, on n’en est encore qu’aux finalistes.
C’est pas fini.
Car des deux finalistes, c’est Lille qui gagne. Alors très bien, le parisianisme galopant ça commence à bien faire, Lille c’est chouette, c’est beau, et ce n’est même pas loin de la Capitale.
Mais j’ai lu la synthèse du CNC et, quand même, j’ai du mal à comprendre.

Parce que si je résume ce qui a amené les professionnels concernés à faire le choix de Lille, c’est avant tout la localisation. A Lille c’est bien parce que tous les équipements (salles de projections, hôtels…) sont joignables à pied. En plus, comme ce n’est pas à Paris, les festivaliers ne pourront pas retourner au bureau entre deux projections et ça c’est super (je n’invente rien, c’est écrit dans la synthèse).
Lille, c’est près de la Grande Bretagne, de l’Allemagne de la Belgique et du Bénélux, qui sont « très dynamiques dans le domaine des séries » (et qui, apparemment, n’aiment pas se déplacer trop loin).
Enfin, Lille, ce n’est pas loin de Roissy, alors c’est pratique (si, si, je cite : « il ne sera pas difficile de faire venir de grandes vedettes étrangères à Lille. La proximité de l’aéroport de Roissy et une bonne logistique devraient résoudre ce point. »).
Surtout, les collectivités territoriales lilloises sont hyper motivées.
Et Paris, à côté, c’est un peu pourri. Déjà, le forum des images et des halles, c’est nul, c’est dans un centre commercial, en sous-sol, ce n’est pas convivial, et c’est petit (apparemment, il n’y avait pas, dans Paris, de lieu plus adapté…).

En gros, si je résume. La ville de Paris, voire la région Ile de France, n’ont pas vraiment soutenu le projet à fond. C’est ballot.

Enfin, sur le projet en lui même, ça devient plus flou.

Parce que la synthèse dit clairement qu’il faut que l’événement implique à la fois les auteurs, les producteurs et les diffuseurs.
Tout de suite après, ils expliquent que SérieSéries (qui soutient le projet de Lille) est un événement centré sur les auteurs, peu ou pas connu des syndicats de producteurs. Mais qu’en revanche Séries Mania (Paris) est reconnu par tous. Je cite « Il y a consensus à considérer que le festival international des Séries devrait s’appuyer sur les équipes qui organisent Série mania. (…) Cet événement est incontestablement devenu la référence en France dans le domaine des séries. »
Ensuite, ils expliquent qu’ils ne veulent pas concurrencer le MIP (qui a lieu en avril). « Les diffuseurs et les distributeurs ont insisté sur leur présence systématique et forte au MIP de Cannes qui est un lieu incontournable en approvisionnement de séries ».

Pourtant, on apprend plus loin que « Avril semble bien adapté » (je répète : le MIP a lieu en avril). Juin « pourrait être une date intéressante mais se situant peut-être trop prêt du festival de la fiction de la Rochelle (septembre) »
Donc juin c’est trop près de septembre. Mais avril, ce n’est pas trop près d’avril, c’est bien ça ?
La conclusion est fantastique, je la résume : on a choisi Lille, mais ce serait bien que ce soit les équipes parisiennes de Séries Mania qui l’organise.

Je ne veux surtout pas m’avancer, mais j’ai comme l’impression que le gouvernement et le CNC voulait choisir une ville en fait. Pas un projet. Du coup, est-ce que ça n’aurait pas été plus simple d’être clair dès le départ : que la ville la plus motivée pour accueillir un projet de festival international des séries lève la main.

Là, on a bien compris que la ville de Lille, et toute la collectivité territoriale lilloise est super au taquet. Donc question localisation, Lille gagne haut la main. En revanche, question projet, il semblerait que le ministère de la culture (et ses subventions, c’est là tout l’enjeu : sur le coût total du projet, 4,4 millions d’euros la première année, l’Etat pourrait participer à hauteur d’1 million, toujours selon Les Echos ) aimerait bien que ce soit Séries Mania qui s’en occupe (mais les équipes de SérieSéries peuvent aider, ils sont cool au ministère).
(Comme la vie est bien faite, si Séries Mania refuse, il y aura donc trois festivals internationaux de séries en France, sans compter SérieSéries qui se considère comme « complémentaire » et qui continuera d’exister, si j’ai bien compris, mais rien n’est moins sûr à ce stade.)

Trois festivals sur les séries, c’est plutôt malin comme concept. C’est un peu comme deux concours miss France… Ça prouve qu’on est assez bons dans le consensus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s