Read it or not : le cinéma est mort, vive le cinéma

Vous avez vu ? Le prochain film de Martin Scorsese, The Irishman, sortira sur Netflix. Pas sur les écrans de cinéma, non, sur Netflix.
J’avoue, ça m’a fait un choc. Parce que Scorsese, c’est le Nouvel Hollywood. Parce que Taxi Driver, Mean Street, ou Casino sont des films qui prennent toute leur dimension sur grand écran. Parce qu’il ne s’agit pas ici d’un blockbuster ou d’une comédie adolescente, mais du prochain film d’un grand maître du cinéma US…

En gros, si Scorsese signe avec Netflix, tous les plus grands peuvent le faire (le film en question est annoncé avec un budget de 100 millions de dollars).
Bilan : il va désormais falloir compter avec ces nouveaux acteurs de la distribution.

Un article de Libé explique parfaitement bien à quel point Amazon et Netflix changent déjà la donne sur les marchés du film : « En 2014, le montant le plus élevé pour acquérir les droits d’un film tournait autour de 3,5 millions de dollars (The Skeleton Twins, de Craig Johnson). En 2016, les émissaires d’Amazon et Netflix passent à l’offensive dans le majestueux cadre enneigé de Salt Lake City (Utah). Fox Searchlight annonce une offre record de 17,5 millions de dollars pour The Birth of a Nation, de Nate Parker, fresque sur un prédicateur noir prenant la tête d’une révolte d’esclaves. Netflix sort le chéquier et offre 20 millions. C’est finalement la Fox qui emporte le film car les producteurs de Birth souhaitent une large combinaison de salles. Amazon Studios, de son côté, acquiert Manchester by the Sea pour 10 millions de dollars. Cette année encore, la même impression de zéro limite a dominé avec des contrats à 12 millions pour The Big Sick (Amazon) et Mudbound (Netflix). Le site Indiewire comparait l’an dernier les deux entreprises à de «gros chiens», des «prédateurs alpha» s’introduisant dans un écosystème dont ils allaient ravager l’équilibre. »

Une stratégie qui fonctionne plutôt pas mal puisque les deux américains ont déjà commencé à rafler des prix. Surtout Amazon. Les Oscar se sont achevés pas plus tard qu’il y a une semaine, et Amazon y a été récompensé deux fois pour Manchester by the sea. Et ça veut dire beaucoup.

De son côté, Netflix se contente pour le moment de cumuler les récompense pour ses séries originales (Orange is the new black, House of cards, ou, plus récemment, The Crown, récompensée aux derniers Gloden Globes), mais ne se distingue pas pour ses productions cinématographiques.
Rassurez-vous (ou pas), ça ne va pas durer.
Faut-il s’en réjouir ou pleurer la fin de notre modèle français ? La fréquentation en salle va-t-elle pâtir de ces nouvelles formes de distribution en ligne ? Là sont les questions.

Tout dépendra aussi de la politique de Netflix et Amazon en la matière. Car si le deuxième semble pour l’instant ménager les acteurs traditionnels, en privilégiant la sortie en salle, avant une sortie exclusive sur Prime Vidéo (comme ça a été le cas pour Manchester by the sea), le premier, lui, se positionne clairement contre le circuit de distribution classique, affirmant que « les propriétaires de salles étranglent le cinéma ». Bonne ambiance…

En attendant,  selon le CNC , le cinéma en salle se porte bien : « la fréquentation du mois de février 2017 demeure à un niveau historiquement élevé, avec le deuxième plus haut niveau après celui de 2016 depuis 37 ans. »

Donne moi de la pop, bébé

L’article qui tape sous la ceinture
Michael Crichton ne supportait pas la critique et était plutôt du genre revanchard. Du genre à appliquer la fameuse règle du micro pénis

Fan fiction, un courant qui perdure
Il n’y a pas que les écrivains de best-sellers qui comptent, et qui sont lus. Les auteurs de fan fiction sont de plus en plus nombreux et connaissent parfois un succès phénoménal (même si la plupart restent cantonnés aux forums du genre). Retour sur un phénomène geek qui tend à devenir (presque) grand public.
L’éducation au cinéma commence au plus jeune âge
Parce qu’il est important d’éduquer les jeunes au cinéma (ce qui ne veut pas dire la même chose que les éduquer à l’image), plusieurs initiatives existent. «Le cinéma n’a pas à être défendu contre la télévision ou la littérature. Il a être revendiqué parce que partie prenante des humanités modernes (…) [en l’absence d’éducation au cinéma] on condamne ceux qui ne sont pas des héritiers à ne voir que des produits industriels, à être abreuvés de junkfilm comme l’industrie agro-alimentaire les abreuve de junkfood.»

La réalité virtuelle est-elle l’avenir du cinéma ?
[En] On disait déjà que le cinéma était mort lorsque la télévision est née. Aujourd’hui, c’est la réalité virtuelle qui le menace. Mais le menace-t-elle vraiment ? En tout cas, les gens d’Hollywood ne savent pas vraiment comment aborder cette nouvelle technologie. Et personne ne sait vraiment à quoi ressemblera un film en réalité virtuelle : « Un film qu’on a l’impression de vivre ? Une aventure dans un monde parallèle ? Un voyage immersif ? Un autre moyen de nous engourdir l’esprit ? Nous manquons de mots pour décrire le futur parce que nous ne l’avons pas encore inventé. »

Tout, rien, n’importe quoi, mais quand même un peu

S’ennuyer rend créatif
Autant dire qu’on est dans la merde puisqu’il est quasiment impossible de s’ennuyer aujourd’hui. Dès qu’un temps mort se présente, paf, on sort notre smartphone de la poche et on consulte Facebook, Twitter, ou autre Buzzfeed. Or, c’est prouvé, l’ennui permet au cerveau d’être créatif (d’ailleurs j’avais lu quelque part que les écrivains célèbres étaient souvent enfants uniques… mais je ne retrouve pas la source). Bref. Maintenant, on ne s’ennuie plus, et c’est bien dommage. [EN]

Vous reprendrez bien un peu de féminisme ?
[En] Emma Watson, connue pour ses positions en faveur de l’égalité homme / femme a posé seins nus en couverture de Vanity Fair. Forcément, elle se fait descendre sur le mode du « Ça se dit féministe et ça montre ses seins ! ». Du coup elle répond (en gros, elle explique que le féminisme c’est aussi le droit à disposer de son corps comme on l’entend. Et donc à montrer ses seins si on a envie).
Encore une louche ?
L’indispensable petit guide du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, à usage des hommes.

Et si on enchaînait sur les frotteurs du métro ?
Le monde a suivi la brigade dédiée au harcèlement dans le métro. Plus précisément aux frotteurs, ces hommes qui profitent de la foule dans les wagons, pour se frotter contre les femmes.

Fillon a-t-il bien géré sa com’ ?
Rappelez-vous, c’était il y a presque une semaine. Fillon a annulé sa venue au Salon de l’agriculture (ça veut dire qu’il n’est plus candidat, ça veut dire qu’il n’est plus candidat), puis a annoncé une conférence de presse quelques heures après (ça veut dire qu’il va annoncer qu’il n’est plus candidat, ça veut dire qu’il va annoncer qu’il n’est plus candidat). Pour, au final, expliquer qu’il serait toujours candidat (et aller au salon de l’agriculture juste après). Débile ? Non, ça s’appelle squatter l’espace médiatique.

Encore un peu de Fillon pour la route
En parlant de communication politique, à force d’insister et de convoquer le peuple, Fillon adopte une posture gaulliste : « Le gaullisme c’est le courage, l’obstination d’un homme isolé au sein de l’élite perverti, le refus du régime des partis, le sens de l’Etat. Le gaullisme est devenu, au fil du temps, une grande malle à accessoires et déguisements d’époque qui permet aux politiciens d’aujourd’hui de singer la grandeur. Grossir l’enjeu, mettre la survie de la France sur la table, justifie un appel du 18 juin par semaine en ce moment ! (…) F.Fillon traverse une crise qui lui est propre, dont il est le seul responsable et il se défend comme s’il défendait l’honneur et la liberté de la Nation !  »
Vous allez voir que bientôt, tout le monde va y croire…

En images

Lache un com’
Mais pas trop tôt, ça peut faire mal (ou les véritables dangers de l’usage des réseaux sociaux).

 

Publicités

Une réflexion sur “Read it or not : le cinéma est mort, vive le cinéma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s