Read it or not : Instagram, des nanars, de la masturbation et des mystères…

Pop it or not, comme son nom l’indique, est un blog sur la pop culture… ou pas. Ça veut dire que, en gros, je fais ce que je veux dessus mais que comme j’aime bien tout ce qui a trait à la pop culture (les séries TV, le cinéma, les Internets, la musique et tout ça), il risque d’y avoir pas mal d’articles sur le sujet. Et comme j’aime aussi d’autres choses que la pop culture, j’ai mis « or not » dans le titre. Comme ça vous n’êtes pas déçus, vous ne vous attendez à rien (au départ, j’avais envie de l’appeler « Joyeux Bordel » mais c’était pris, alors je n’ai pas pu, mais vous voyez l’idée).

Bref. Parmi les choses que j’adore lire et que j’aime encore plus faire, il y a les revues de presse ou les newsletters. Attention, pas les revues de presse trop sérieuses ni les simples suites de liens, non, plutôt les revues de presse à la Titiou X Slate (si vous restez et que vous apprenez à me connaître vous découvrirez bientôt que Titiou et moi, c’est une grande histoire), à la Calmos, ou, in english (parce que je suis « fluent » c’est important de le préciser) à la Lenny.

Alors, j’ai beaucoup hésité : lancer ma newsletter or not ? Et j’ai décidé que non, je ne voulais pas faire de l’ombre aux autres, je n’aime pas le star-system, je suis plutôt contre le succès (et jusque là, j’arrive bien à être unsuccessful (fluent on a dit)). Et que donc, j’allais plutôt me contenter d’un post de blog par semaine, soyons raisonnable.

Du coup, Pop It Or Not va livrer une revue de presse hebdomadaire de mes pérégrinations sur les Internets. Dedans, on ne se refait pas, il y aura une sélection d’articles sur les séries et les médias en général, mais pas que : vous y trouverez aussi sûrement des liens sur l’actualité de la semaine (on risque même de parler politique vu l’année qui nous attend), et, probablement, des vidéos. Voire même, des vieux trucs, parce que je refuse de céder à la dictature de l’immédiateté, je suis une rebelle de l’Internet, et que l’un des grands avantages sur le web c’est que tout reste. Vous n’êtes donc pas à l’abri de lire un article daté de 2013 (wahou !) dans cette sélection (mais pas de panique, je préviendrai, comme ça pas de risque de le partager par erreur, genre c’est nouveau alors que non, la honte, c’est vieux.)

Bref. Read it or not, c’est parti (et la prochaine fois j’essaye de faire un édito digne de ce nom) (et dire qu’à un moment je détestais les parenthèses, il n’y a rien qui m’énervait plus que ça) (cette époque est belle et bien révolue).

Donne moi de la pop, bébé

Devenir une star d’Instagram est un business comme les autres
Commençons direct par un article en anglais, comme ça ça va énerver tout le monde : un journaliste de Bloomberg (plutôt jeune et pas trop mal de sa personne, c’est important pour la suite) s’est donné 30 jours pour devenir une star d’Instagram. Pour ça, il s’est fait aider par une agence spécialisée dans la communication sur les réseaux sociaux. Premier constat : rien ne ressemble plus à un compte Instagram qu’un autre compte Instagram : par exemple, ses photos de « lifestyle » (passage obligé sur le réseau) n’étant pas assez belles, c’est un photographe qui lui vend un package de 400 images bien formatées. Deuxième constat : pas facile de devenir un influencer. Pour y parvenir, le journaliste fait non seulement appel à un consultant et à un photographe, mais il a aussi un robot qui commente à sa place pour lui donner de la visibilité et il achète un pack de faux followers pour booster sa popularité. Dernier constat : ses amis de la vraie vie ne le suivent plus parce qu’ils le trouvent superficiel et chiant avec sa nouvelle coupe de cheveux (mais, spoil, il atteint 1400 followers à la fin).

Aux Etats-Unis, il y a Trump, mais leurs sujets d’étude sont marrants
L’université américaine d’Armstrong State, à Savannah, propose à ses élèves un cours de langage, littérature et philosophie pas comme les autres : étudier l’impact du duo musical Outkast sur la littérature et la culture populaire des afro-américains. Certes, c’est un peu une habitude aux Etats-Unis, d’intégrer la pop culture au cœur de l’Université. Buffy par exemple (sur laquelle j’ai moi même écrit quelques devoirs de fac ici) a été très largement étudiée dans la sphère universitaire (sur les questions de genre notamment, mais aussi de féminisme). Un article du Slate américain explique d’ailleurs pourquoi Buffy est plus étudiée que la série Sur Ecoute (The Wire), Matrix, Alien ou The Simpsons (notez que ça veut quand même dire que ces derniers font l’objet de recherches).

Qui veut du bon navet ?
Nanaroscope, c’est la websérie documentaire qui analyse les plus grands navets du cinéma, sur Arte Creative. Le premier épisode décortique le succès de Samuraï Cop, nanar devenu culte grâce à Youtube. Et alterne extraits (gratinés) et interviews sérieuses (notamment de l’acteur principal, extrêmement lucide sur sa prestation et lui-même surpris, et heureux, de remplir aujourd’hui les salles).

Plongée dans les 80s
Vous vous souvenez de Mariés… 2 enfants, série parodique sur la vie de famille de white trash américains diffusée sur M6 dans les années 80 ? Courageux, deux journalistes ont reregardé le pilote et livrent leurs impressions.

Tout, rien, pas grand-chose, mais quand même un peu

Mystère dans la ville fantôme de Silver Plume
En 1988, l’écrivain et journaliste Keith Reinhard décide de s’installer à Silver Plume. Bientôt, il enquête sur la mystérieuse disparition du libraire, survenue un an auparavant, et qui lui inspire l’idée d’un livre. Jusqu’au jour où lui même disparaît. Mais WTF les montagnes du Colorado ?

Passeports : la couleur qui change tout
Est-ce qu’on voyage pareil quand on est muni d’un passeport vert (Azerbaïdjan, Burundi, Pakistan, Algérie, Maroc…) ou d’un passeport rouge ou bleu ? Apparemment pas, nous dit la journaliste marocaine de Vice. Un article qui, du haut de notre passeport rouge, donne un autre éclairage sur les frontières du monde et la libre circulation des personnes. Parallèlement, le site PassportIndex a établi un classement des passeports par puissance (le plus puissant étant celui qui permet de visiter le plus grand nombre de pays sans avoir besoin d’un visa.). On voit bien que les rouges et les bleus gagnent largement, même si le passeport Sud-Coréen fait exception à la règle en étant le seul vert dans le top 10 (il se classe 6ème à égalité avec la Grèce et l’Australie, avec 152 destinations accessibles sans visa).

L’essentiel est dans le superflu
La question à 100 balles : les chiens regardent-ils la télévision comme nous ?

En images

Un peu de pédagogie mais on reste léger
Rien de tel que la BD pour véhiculer des messages importants et explicatifs sans tomber dans le chiant. EmmaClit par exemple, évoque, 5 ans après la naissance de sa fille, ses « vacances » en congé maternité (à ce stade, on peut probablement parler de traumatisme). C’est drôle et ça fait du bien.
(Dans le même genre, j’avais adoré une vidéo aujourd’hui très vieille (ne partagez pas, malheureux, ça date de 2013) : deux Danois ont expérimenté les douleurs de l’accouchement. (C’est hyper drôle quand on a déjà accouché. Ça l’est sûrement moins si vous êtes enceinte…)

Retour vers le futur
Ça n’a jamais été marrant de se faire prendre en pleine séance de masturbation. Cette vidéo imagine à quel point ce sera pire dans le futur  (et, au delà de la situation (forcément comique), elle pose surtout, selon moi, la question du respect de la femme, et de l’impact dans le réel d’une sexualité virtuelle avec des femmes entièrement soumises aux désirs des hommes). Et voilà comment on finit une revue de presse en plombant l’ambiance…

Publicités

Une réflexion sur “Read it or not : Instagram, des nanars, de la masturbation et des mystères…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s